Aérotrain

2019 Second souffle

Train sous tube

"  Ce second souffle de l'aérotrain vient en fait d'assez loin: de juillet 2012 et des États-Unis quand Elon Musk jette les bases d'un train à très grande vitesse circulant à l'intérieur d'un tube hermétique dans lequel le vide a été partiellement réalisé afin de limiter les frottements autant qu'il est possible.

En 2013, aux États-Unis et au Canada, des entreprises se lancent dans la conception de ces trains et engagent ensuite des expérimentations en France, à Limoges et à Toulouse.

 

Paris-Limoges en Hyperloop en 40 minutes, objectif 1200 km/h, FR2 20h,4 8 2017, 1 minute

 

En 2017, un projet français partant du même concept est engagé à Orléans. Le rail de l'aérotrain est alors considéré comme le support du tube.

 

Le Spacetrain dans sa version initiale sous tube, FR3 Centre, 9 11 2017, 2 minutes

Capsule Transpod - projet Hyperloop
Capsule Transpod - projet Hyperloop

En 2018, l'entreprise française, Spacetrain, après étude, abandonne le principe du tube en développant les arguments suivants:

  • les coûts de conception et de fonctionnement seraient trop lourds et ne permettraient pas de parvenir à des tarifs comparables au train classique,
  • le refroidissement des moteurs poserait des problèmes dont la solution n'est aujourd'hui pas assurée,
  • le voyage dans un tube, même pour une durée limitée, se heurterait à la claustrophobie d'une part des usagers et les solutions de dépannage sur le parcours seraient difficiles à identifier.

Le spacetrain dans sa version à l'air libre, FR3 Centre, 21 12 2018, 1 minute

 

Comparaison Hyperloop / Spacetrain "version 2", L'Express, 18 4 2018, texte

Hyperloop, une escroquerie, Les Numériques, 18 11 2018, texte

 

La catastrophe de Meudon
La catastrophe de Meudon

En ce qui me concerne, cette dernière raison me paraît suffisante pour repousser un tel concept.

Peut-être ai-je là la même appréhension que les usagers du début des chemins de fer face aux tunnels et aux risques d'incendie et de déraillements, craintes justifiées notamment par la catastrophe de Meudon le 8 mai 1842 dans lequel 55 passagers trouvent la mort.

Pour moi, le tube en question évoque le système d'échange de monnaie qui avait cours durant mon enfance aux magasins de la Samaritaine à Paris. Le système était analogue à celui des «pneumatiques», lequel disposait dans les égouts d'un réseau desservant les bureaux de poste de la capitale (celui que l'on entraperçoit dans le film de François Truffaut «Baisers volés»).

Parcours d'un pneumatique dans le film "Baisers volés", 1968, 1 minute 40

Le nouvel aérotrain a quelques arguments à faire valoir par rapport à son prédécesseur:

  • la navette pourrait être plus spacieuse, accueillant jusqu'à 250 passagers (au lieu de 80),
  • le bruit et la pollution seraient réduits par le recours à des moteurs à hydrogène en remplacement de l'infernale turbine de Caravelle,
  • la circulation de la navette serait grandement facilitée par le recours à l'informatique embarquée (absente au temps des cartes perforées),
  • de plus, selon un rationnel qui mériterait un développement, les promoteurs du projet assurent que des tarifs concurrentiels pourraient être pratiqués.

 

Spacetrain, plaidoyer, La Dépéche, 19 2 2019, texte et illustrations

Journal ; une association pour soutenir spacetrain

 

 

Ces arguments ont convaincu des édiles régionaux à constituer un comité de soutien fin 2018 et ont conduit le préfet à formuler un avis favorable sous réserves à l'engagement de tests sur le rail existant.

 

Avis favorable du Préfet le 20 2 2019, France Bleu, texte

 

Restent cependant bien des points à régler avant de disposer d'un moyen de transport opérationnel entre Orléans et la capitale:

  •  la percée nécessaire pour atteindre Paris dans une banlieue dense alors même que l'intérêt de cette ligne est plus évident pour les Orléanais que pour les Parisiens,
  • cette difficulté est renforcée par la nécessite d'un deuxième rail. Le trafic actuel - qui augmenterait significativement avec des durées de trajet plus courtes – assure le transport de 7000 personnes d'Orléans à Paris et de 4000 personnes dans l'autre sens et ce trafic est concentré sur quelques heures en début et en fin de journée. Même avec la plus grande navette envisagée à ce jour, il faudrait assurer une fréquence proche de celle d'un tram avec une flottille de navettes pour écouler un tel flux,
  • points essentiels auxquels s'ajoutent bien entendu la validation de la faisabilité technique de l'ensemble et sa justification économique avec des tarifs raisonnables.

A ces conditions exigeantes, il n'y a guère de doutes que SpaceTrain serait un succès du fait d'une réduction de l'ordre de 4 à 1 de la durée du trajet.

La performance resterait un peu en-deçà de celle escomptée par son concurrent potentiel – l'Hyperloop - mais mettrait tout de même Orléans sur un pied d'égalité avec les communes de la première ceinture parisienne.

 

En première approche, on n'identifie que des avantages notamment pour les travailleurs pendulaires actuels et pour l'accès aux compétences médicales parisiennes qui font de plus en plus défaut dans l'Orléanais.

Mais l'expérience des villes proches de Paris et desservies par le TGV montre qu'il peut y avoir des effets pervers comme une augmentation sensible des coûts de l'habitat contraignant les plus modestes à s'éloigner à l'écart de la ville dans des lieux souvent pauvres en transports en commun.

 

Pour avoir été pendant 34 ans un utilisateur intensif de la ligne, je pondérerais également le jugement sur le raccourcissement du délai. Passer une heure de train pour atteindre Paris m'a toujours semblé moins contraignant que de ne jamais pouvoir compter sur la régularité du service et sur le respect des horaires, lesquels m'ont souvent contraints à prendre des marges qui auraient dû être excessives (mais qui ne l'étaient hélas pas) pour être à l'heure d'un rendez-vous ou d'une correspondance.

 

Et à choisir entre un Spacetrain aussi peu fiable que le train que j'ai connu et un train qui prendrait son temps mais rien que son temps, mon choix serait assurément fait ...

Chronique publiée en mai 2019

 

Textes entre guillemets extraits de l'Abécédaire d'un baby-boomer

 

Pour faire un commentaire, une suggestion, une critique, cliquez sur ce lien