Orthographe

1994 Arrêt obligatoire

Couverture du livre d'Etiemble

"Une autre réforme de l'orthographe voit le jour en 1994. Elle vise à supprimer l'usage de mots anglo-saxons et s'applique obligatoirement (contrairement à la précédente) . Elle est assortie de sanctions en cas d'infraction.

La crainte d'une propagation hors de contrôle de mots anglais est ancienne. Le terme de franglais rendu célèbre par Etiemble en 1973 apparaît dans une chronique de Maurice Rat publiée dans le France-Soir du 26 septembre 1959.

Les chansons, qui reflètent et illustrent souvent les préoccupations du moment, en rendent également compte:

Sur le plan législatif, les textes de 1994 ont été précédés au journal officiel du 18 janvier 1973 par une liste de plusieurs centaines de mots et tours franglais qui sont déconseillés ou bannis de nos vocabulaires techniques.

En 1994, il ne s'agit plus de «déconseiller» mais de proscrire l'usage et d'utiliser des mots de substitution souvent créés pour ce faire.

 

La démarche est louable mais elle vient bien tardivement. Outre la nécessité d'imposer très tôt une alternative, la pertinence du terme proposé constitue une condition pour permettre aisément son acceptation.

Or, cette pertinence me semble dans ce cas souvent contestable:

  • Pourquoi vouloir remplacer listing par listage et pas par le mot existant et fréquemment utilisé par les informaticiens, je peux en témoigner, d'impression?
Enseigne Guyenne et Gascogne
  • Pourquoi substituer à caddie (nom d'une marque) le terme de cadet qui a déjà un autre sens et pas celui de chariot (avec un r ou deux au choix). Serait-ce un clin d’œil aux magasins de la chaîne «Guyenne et Gascogne» des années cinquante?
  • Quelle est la probabilité de faire adopter – entre autres - bouteur à la place de bulldozer, sonal pour jingle, restovite (oh,oh! Ce «o»...) pour fast-food ?

D'autres propositions sont surprenantes comme le remplacement de crash dans le cas d'un avion par écrasement alors qu'un crash peut aussi bien résulter d'une collision ou d'une explosion en vol. Une autre substitution ne résistera pas longtemps à l'évolution des techniques d'enregistrement : bande promotionnelle pour vidéo clip.

 

Le fait que cette réforme porte majoritairement sur des mots anglo-saxons utilisés de longue date et que les remplaçants proposés ne soient souvent pas convaincants, ainsi qu'on vient de le voir, limiteront fortement l'application de règles pourtant obligatoires.

 

Le seul changement qui me semble être intervenu concerne la traduction en Français des notices … encore que la transposition soit parfois si mauvaise que la compréhension n'en est pas facilitée pour autant ...

Textes entre guillemets extraits de l'Abécédaire d'un baby-boomer

 

Pour faire un commentaire, une suggestion, une critique, cliquez sur ce lien